Bio

accueil SIte

Photo ©Catherine Gardone

COURTE EN 9 DATES :
  • 1976 / Naissance @ Noisy-le-Grand, 93 ;
  • 1980 > 2000 / Etudes classiques de piano, chant, solfège, harmonie et composition + cursus Jazz et musiques improvisées + cursus universitaire en musicologie, spécialisation ethno­musicologie et musiques contemporaines @ Tours, 37 ;
  • 2000 > 2013 / Enseigne la musique au sein de l’Education Nationale et multiplie les expérimentations pédagogiques innovantes ;
  • 2005 / création de la compagnie le Phare à Lucioles puis du festival Sons Dessus de Sault ;
  • 2014 / démission de l’E.N pour se consacrer à la création et la composition ;
  • 2015 / création de sa pièce WALDEN pour le GMEM-CNCM de Marseille puis pour l’Abbaye de Noirlac, la maison du comédien Maria Casarès et le centre Athénor de St Nazaire ;
  • 2016 / Commande de l’abbaye de Royaumont pour un nouveau WALDEN, avec l’ensemble Ars Nova direction Philippe Nahon ;
  • 2017 / Commande de la Scène Nationale de Gap, La Passerelle autour de sa nouvelle pièce MARCHER ;
  • 2018 / Commande du GRAME-CNCM de Lyon pour la pièce MARCHER, dans le cadre de la biennale de Danse de Lyon ;

COURTE TEXTUELLE :

Né en 1976, à Noisy le Grand (93), Loïc Guénin suit très vite ses parents pour grandir dans la ferme familiale berrichonne. Un retour à la terre à 2 ans… Aujourd’hui compositeur et musicien professionnel, fondateur du Phare à Lucioles (association dédiée à la création artistique contemporaine), cette éducation proche de la nature, bercée d’écologie et de réflexion politique nourrit son travail et son approche de la création.

Sa dernière pièce, walden, un éco(ute) système sonore, a retenu l’attention du GMEM, Centre National de Création Musicale (Marseille) ainsi que de l’Abbaye de Noirlac, Centre Culturel de Rencontre (Cher). Depuis, elle a été créée pour le centre Athenor de St Nazaire, la maison du comédien Maria Casarès de Alloue,  le centre de création Bidrobon de Oslö en Norvège. Elle est en commande et en cours d’écriture actuellement pour l’Abbaye de Royaumont.

L’ensemble Ars Nova, dirigé par Philippe Nahon, s’est emparé de ce projet d’écriture graphique d’une pièce musicale mixte en lien avec l’architecture et les sons d’un lieu. Un cycle de création en lien avec des ensembles et des institutions renommées dédiées à la création contemporaine démarre-t-il ainsi et ne cesse de se poursuivre.

Loïc Guénin travaille actuellement sur un nouveau projet intitulé marcher [dessus le paysage] (titre provisoire). Une pièce graphique pour musiciens et danseurs, réunis autour d’une même partition à interpréter, en lien au paysage, aux flux et reflux des ‘habitants’ d’un système défini. Dores et déjà, la scène nationale de Gap (2017) et le GRAME (cmcm / en lien avec la Biennale de Lyon 2018) ont montré leur intérêt pour ce travail qu’ils ont programmé.

Libération, France musique..ou d’autres médias s’intéressent au travail de cet artiste situé à la frontière de la musique et des arts contemporains.


DÉTAILLÉE :

/ De 1980 à 2000, il suit des études classiques de piano, de chant, de solfège, d’harmonie et de composition en écoles de musique et au conservatoire de Tours. De 1996 à 2000, cursus Jazz et musiques improvisées à l’école de Jazz à Tours ainsi qu’un cursus universitaire en musicologie, spécialisation ethno­musicologie et musiques contemporaines à la faculté François Rabelais de Tours. Deug, licence et Capes de musicologie ;

De 1996 à 2000, il intègre le chœur universitaire de Tours, dirigé par Agnès Charles et travaille sur le répertoire vocal contemporain. Il y croisera, entre autre, l’ensemble Muzicatreize pour un travail autour des œuvres de Maurice Ohana ;

De 2000 à 2013, il enseigne en collège et en lycée en multipliant les projets pédagogiques innovants centrés sur la création et l’expérimentation. Il cherche à transformer l’établissement scolaire en un véritable laboratoire pédagogique centré sur les arts. En 2005, il obtient une certification complémentaire en Histoire de l’Art. En 2010, il crée les classes Musique et Arts Contemporains au Collège de Sault (dispositif CREA), visant à développer la pratique et la rencontre avec des artistes au sein de l’institution scolaire. Véritable laboratoire d’éducation artistique unique en France, ce projet continue aujourd’hui de se développer grâce notamment au soutien de la SACEM et de la DRAC PACA.

En 2014, il démissionne de l’Éducation Nationale pour se consacrer exclusivement à la composition et à la création contemporaine. Depuis, il travaille un peu partout, de Java à Oslö en passant par Marseille, Lyon, Paris ou St Nazaire…


/A partir de 1999, il développe un travail sur les percussions et les objets sonores centré sur l’expérimentation, l’improvisation et la matière acoustique. C’est en 2005 qu’il fonde le collectif d’artistes Le Phare à Lucioles et débute un travail de création, production et diffusion de spectacles vivants et contemporains. Depuis 2005, il participe activement en tant que compositeur, musicien et improvisateur à de nombreuses rencontres et joue régulièrement avec des artistes qui mêlent musique improvisée acoustique et électroacoustique, art performance, vidéo… En 2008, il met en place avec le collectif Le Phare à Lucioles, le festival Sons Dessus de Sault, vitrine de la création artistique contemporaine.

Depuis plus de dix ans, il multiplie les projets, les rencontres, les expériences, les créations et les projets d’éducation artistique et culturelle. 

Son approche mêle sans cesse recherche et expérimentation, innovation et pédagogie, enseignement et performance. Son travail d’écriture graphique, son art de la performance et ses nombreux projets interdisciplinaires le situe à la frontière ténue entre musique et art contemporain.